asbl Respect

Le toucher a-t-il sa place à l’école ? de Marijke Sluyter

Ce texte me plaît. Je l’ai traduit pour vous. Si vous comprenez le néerlandais, son livre : « Aanraken, een levensbehoefte »  (Le toucher, un besoin vital) est très intéressant ! 

« Pour certains enseignants et directeurs le massage n’a pas sa place à l’école mais bien à la maison ! Il y a des écoles où les enseignants ne peuvent absolument pas toucher les enfants même pour placer un sparadrap sur une blessure. (Eh oui, il parait que ça existe !)

Je trouve cela une erreur. Il suffit de voir à quel point les gens se touchent dans les endroits publics. Une petite tape sur l’épaule, un bras effleuré de la main, se serrer la main, ce sont là des signes universels qui font partie de nos moyens de communication. Sur un terrain de sport, ce sera une démonstration de joie, et pour un chagrin, la première réaction spontanée sera de passer un bras sur les épaules même si la personne en question, nous est peu connue.

Le toucher fait donc partie, tout naturellement, de nos contacts réciproques. C’est un besoin primitif si fort qu’une personne en manque cherchera à le combler. Observons les personnes âgées lorsqu’elles se retrouvent seules. Quand nous leur rendons visite, elles sont si heureuses de notre présence que nous avons parfois difficile à récupérer notre main emprisonnées dans les leurs….

… Pour moi, il faut inclure le massage (toucher respectueux) au programme de l’école dans le cadre du développement social et émotionnel. Ainsi, chaque enfant apprendra à respecter ses propres limites et celles des autres.  Il aura l’occasion de connaître des expériences positives empreintes de sollicitude. Chaque enfant découvrira comment prendre soin de son propre corps et de celui des autres.

On peut introduire de temps à autre des petits jeux pour développer l’aptitude du toucher. Même dans le domaine du calcul ou de la lecture des jeux tactiles peuvent se faire (soutien kinesthésique). S’offrir mutuellement un petit massage après une longue position assise ne demande aucun investissement et vous obtiendrez pour résultat : une classe détendue, une classe où les conflits, l’agitation et le rejet d’élèves sera en forte régression.

Régler ces problèmes,  demande du temps, temps gagné pour faire d’autres choses plus intéressantes. « 

www.aanrakeneenlevensbehoefte.nl   –   Traduction: Bernadette Colard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *