asbl Respect

l’importance du toucher: 2ie partie

2. Matthieu sort de sa carapace

L’histoire de Julie (voir article precédent) me renvoie face à mes jeunes élèves de 4 et 5 ans. Ces enfants à qui je proposais une petite séance quotidienne de massage. Je revois entre autre, parmi les petites têtes blondes, en début d’année scolaire: Matthieu qui était d’une timidité extrême. Il passait inaperçu. On ne le voyait pas, on ne l’entendait pas, mais il était très attentif et respectait scrupuleusement toutes les consignes. Il appréciait les séances de massage.
Il aimait le recevoir autant que le donner. Il était attentionné, mais refusait tout échange verbal. Les séances se terminaient souvent par un petit échange d’impressions. Le déclic a eu lieu le jour où il a entendu dire: “j’aimais bien quand Matthieu faisait le serpent sur mon dos. Je sentais comme un vrai serpent qui glissait! » Et un autre d’ajouter: “il a toujours chaud aux mains et ça fait du bien dans le cou et sur les bras”. Pour Matthieu cet atelier de massage était le meilleur moment de la journée. Il a appris cette technique chez lui en famille à ses frères et sœurs et à ses parents. En peu de temps il est devenu un petit bonhomme souriant et apprécié de tous. Pour moi, c’est le toucher du massage qui lui a donné de l’assurance et qui l’a aidé à sortir de sa coquille.

Des exemples de ce style, j’en ai vécus beaucoup au cours de ma carrière!
Bernadette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *